Covid-19 : des dizaines de tests "faux positifs"


26 juin 2020 - 599 vues

Si l’on observe les derniers bilans relatifs à l’évolution de la pandémie de Covid-19 proposés par l’Agence régionale de santé Grand Est (ARS), le taux d’incidence semble particulièrement inquiétant en Meurthe-et-Moselle. Pour cause, celui-ci a tout simplement bondi et est désormais affiché à 29.

Contacté par Lorraine Actu, le Professeur Christian Rabaud, également président de la commission médicale d’établissement du CHRU de Nancy, s’est voulu rassurant. D’après lui, si le taux d’incidence est tel aujourd’hui, ce n’est pas qu’il y a plus de cas positifs. En réalité, cette explosion est le résultat d’un problème technique : des tests positifs… qui se sont finalement révélés négatifs après analyse. 

Un dysfonctionnement technique

Il y a 2-3 semaines, nous avons constaté une augmentation du taux d’incidence et le préfet a mis la population en garde. Cela pouvait s’expliquer de deux façons : soit en raison d’un certain relâchement, soit parce que nous avions recours à une politique de dépistage massive.
Pour ce qui est des derniers chiffres publiés par l’ARS, les faits sont donc différents. Le Professeur Rabaud poursuit.

Lorsque nous avons mis les tests dans la machine, nous avons été surpris de voir le nombre de positifs. Face à ce phénomène nous avons donc cherché à comprendre et on s’est rendu compte que le réactif utilisé était défaillant. Cette erreur technique concerne environ 150 tests, effectués en toute fin de semaine dernière.

"Pas de reprise de l’épidémie en Meurthe-et-Moselle"

Comme l’affirme donc Christian Rabaud, nous ne sommes pas, en Meurthe-et-Moselle, sur une reprise de l’épidémie. Aujourd’hui, nous n’avons aucun élément qui nous permet de craindre une reprise ou une accélération de l’épidémie. Après, je ne suis pas Didier Raoult, je ne parle pas d’une fin de l’épidémie. Mais, ce qui est sûr, c’est que c’est très calme aujourd’hui en Meurthe-et-Moselle.
Une bonne nouvelle donc mais qui n’efface pas l’importance des gestes barrières. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article