Une sexagénaire meurt après cinq appels au Samu et une heure à attendre les secours


28 novembre 2019 - 1104 vues

Le 14 septembre, une femme âgée de 62 ans est décédée d'un infarctus au centre hospitalier de Trévenans, dans le département du Territoire de Belfort. Sa fille Anne-Sophie explique avoir contacté le Samu à cinq reprises. Les secours ont mis près d'une heure à arriver, détaille France 3 Bourgogne-France-Comté. Ce jour-là, la sexagénaire annonce qu’elle ne se sent pas bien, sa fille décide donc d’appeler le 15.

Le premier coup de téléphone est passé à 15h22. La fille de la patiente énumère des douleurs au bras gauche, des difficultés à respirer et une pâleur. Elle précise également que sa mère souffre d’hypertension. Cette opératrice transmet l’appel à une médecin régulatrice, détaille France 3 qui a eu accès aux appels au 15. L’opératrice conclut enfin : "On va la voir puisqu’elle ne se sent pas bien. Vous savez, il y a beaucoup de gastros en ce moment".

"Si elle décède, ce sera de votre faute"

Deux autres appels sont passés à 15h39 et 15h52. La femme de 62 ans ne respire plus, la famille réalise donc un massage cardiaque. Un opérateur au téléphone annonce qu’il envoie une équipe médicale, en plus de l’ambulance déjà en chemin.

A 16h05, des ambulanciers sont arrivés, mais surpris de ne toujours pas voir le Samu, le mari de la patiente appelle à nouveau. "Depuis tout à l'heure qu'on nous mène en bateau. Dans 5 minutes, il arrive... Moi je veux les bandes. Si elle décède, ce sera de votre faute", déclare-t-il au téléphone, rapporte France 3.

Selon les informations de la chaîne de télévision, une discussion entre la médecin régulatrice et un médecin réanimateur pour un potentiel transfert par hélicoptère est enregistrée. "Ca fait 100 minutes, ça me parait... 62 ans... Je pense que ça me paraît très compliqué. Ca fait déjà 40 minutes qu'elle s'est arrêtée. On va être à 130 ou 140 minutes, à 62 ans. Je passe un coup de fil mais ça me paraît irréalisable en terme de timing", argue le médecin en réanimation. La patiente décède quelques heures plus tard d'une crise cardiaque au centre hospitalier de Trévenans.

"Homicide involontaire"

L’entreprise de l'ambulance arrivée en premier sur les lieux déclare ne pas avoir été prévenue d’une situation d’urgence vitale. Anne-Sophie Greffier, la fille de la sexagénaire a déposé une plainte pour "non-assistance à personne en danger" requalifiée par la police en "homicide involontaire". "Il a fallu attendre 40 minutes avant qu'une ambulance arrive, une heure avant que le Samu soit là. Je ne comprends pas", explique-t-elle à France 3.

Le CHRU de Besançon, gestionnaire du centre 15, a déclaré à la chaîne de télévision "qu'une analyse de la situation en interne est en cours mais que compte tenu de la procédure d’enquête, le CHU n’est pas habilité à communiquer des éléments du dossier par voie de presse et se tient à la disposition de la famille et des enquêteurs pour apporter toutes les informations sur cette prise en charge."

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article