Une fillette oublie son doudou à Londres, la reine d’Angleterre le lui renvoie en Australie


20 septembre 2019 - 982 vues

Une jolie histoire. Harriet, un singe en peluche, coulait des jours heureux à l’école maternelle de Woodside, près d’Adélaïde, en Australie. Jusqu’au jour où Savannah Hart, fillette de 5 ans, décide de l’emmener avec elle en vacances en Europe.

Direction l’Angleterre, à Londres, où une visite de la résidence royale de Buckingham Palace est au programme. Mais le lendemain de la visite, la petite fille s’aperçoit de la disparition du petit singe, qui demeure introuvable jusqu’au jour du départ d’Angleterre. Un drame.

Les recherches se poursuivent

De retour en Australie, Savannah et ses camarades de l’école décident de reprendre les recherches. Une missive est envoyée à la reine d’Angleterre, pour lui demander son aide. Des photos du singe sont jointes au courrier, posté à la fin du mois d’août.

Une semaine plus tard, les enfants reçoivent un courriel de Buckingham Palace. Harriet a été retrouvée. "Grâce aux photos que vous nous avez envoyées, nous avons pu retrouver Harriet, qui était cachée dans les hangars, derrière le pavillon familial, profitant sans doute de notre thé et de nos scones [petits gâteaux anglais, NdlR], s’amuse Buckingham. Bien que nous appréciions sa présence, il est temps qu’elle rentre chez elle."

Une nouvelle peluche nommée Rex

La semaine dernière, le petit singe a fait son retour à Adélaïde, accompagné de Rex, un chien corgi en peluche, race préférée de la reine Elizabeth II. "Ils ont décidé qu’Harriet devait rembourser tous les scones mangés, en participant pendant une journée aux tâches du personnel d’accueil, raconte Robyn Herringer. Ils nous ont envoyé une demi-douzaine de photos d’elle avec plusieurs membres du personnel, entrain de participer aux tâches quotidiennes du palais de Buckingham."

Un dernier voyage bien mouvementé pour la peluche, qui devrait apparemment prendre sa retraite de l’école maternelle, pour laisser sa place à d’autres petits singes australiens épris d’aventure.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article