OM : André Villas-Boas c'est fait !


28 mai 2019 - 1707 vues

C'était dans l'air du temps. On l'a même vu à la terrasse de l'Intercontinental Hôtel Dieu à Marseille ce midi. André Villas-Boas vient de signer à l'OM et sera l'entraîneur du club olympien dès la saison prochaine. Il a signé un contrat de 2 ans et l'annonce officielle devrait avoir lieu dans la soirée.

Un entraîneur très précoce

Modèle de précocité, "AVB" débute sa carrière d'entraîneur en 1994 alors qu'il n'avait que 17 ans. Il intègre le staff de Bobby Robson au FC Porto. Après une parenthèse de 18 mois dans les Iles Vierges britanniques, Villas-Boas retourne au Portugal où il s'occupe des U19 avant de devenir l'adjoint de José Mourinho, qu'il suit à Chelsea (2004-2008) puis à l'Inter Milan (2008-2009). Désireux de voler de ses propres ailes, après s'être aguerri au côté de l'autoproclamé "Special One", il fait le grand saut en 2009 à l'Académica de Coimbra, mal en point. À 32 ans, il remet l'équipe portugaise sur pied en la sauvant de la relégation. Dès lors, plusieurs clubs le sollicitent pour la saison suivante. Il choisit finalement de revenir une troisième fois à Porto.

Là-bas, il explose aux yeux de l'Europe lors de la saison 2010-2011 en devenant le plus jeune entraîneur à remporter une compétition européenne, la Ligue Europa en l'occurrence, à 33 ans et 213 jours. Il réussit surtout un quadruple historique dont même Mourinho n'avait osé rêver, en 2003-2004, saison lors de laquelle il a glané sa première Ligue des champions avec les Dragões. Une première année folle qui lui vaut le surnom de "Special Two" en référence au sobriquet du "Mou".

Un entraîneur qui a la bougeotte

Aussitôt la saison de tous les records avec Porto terminée, André Villas-Boas est courtisé de toutes parts. Il s'engage avec Chelsea, comme un hommage à son mentor. Mais le Portugais ne parvient pas à se fondre dans le moule. Il est limogé le 4 mars 2012 en raison des mauvais résultats de l'équipe et de ses frictions avec certains cadres dont Didier Drogba. C'est son adjoint Roberto Di Matteo qui assure l'intérim, réalisant au passage le doublé Ligue des champions-Coupe d'Angleterre.

La suite n'est pas plus reluisante. Il peine à confirmer sur le banc de Tottenham (2012-2013), où il est invité à prendre la porte le 16 décembre 2013, la faute aux résultats décevants des Spurs après une première saison intéressante. Exilé en Russie, au Zenit, à partir de mars 2014, il glane tous les titres mis en jeu dès son arrivée. Mais le rebond est de courte durée. L'année suivante, il échoue à conserver son titre de champion malgré un bon parcours européen. Il met un terme à cette expérience pour céder aux sirènes de la Chine. Le 4 novembre 2016, il s'offre une pige, sans relief, au Shanghai SIPG, qu'il quitte en novembre 2017.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article