La fondation OM distribue des cahiers d'exercices aux écoliers


17 décembre 2019 - 1601 vues

Avec ça, les petits écoliers du public à Marseille vont cartonner ! Enfin on l'espère ! La Fondation OM leurs a distribué des cahiers titrés "Réussir en CM1" aux couleurs du club. Les exercices sont souvent en lien avec le club de foot. Une page d’histoire par exemple lui est entièrement consacrée. Dans un problème de maths, il faut calculer le prix d’un abonnement au stade. Sans obligation pour les professeurs, ce manuel est utilisable en classe et aussi à la maison, comme le précise un courrier du rectorat envoyé aux enseignants. 

Le sponsor apparaît 114 fois, neutralité respectée ? 

Si les enfants apprécient, certains profs beaucoup moins. Dans le cahier, on relève 114 fois le logo d'un équipementier, sponsor de l’OM. Une marque de téléphonie est aussi citée une dizaine de fois, dès qu’il est question du stade Vélodrome. Pour tous les syndicats enseignants contactés par France 2, ce manuel offert par l'OM n’a rien à faire en classe. "Il y a une logique commerciale et marketing, ça n'a rien à faire dans le milieu scolaire, dans le service public", s'indigne Pascal Pons, enseignant en CM1 à Marseille. 

Le syndicaliste s’appuie sur le code de bonnes conduites qui règlemente les relations entre école et entreprises. Il précise : "toute action de partenariat doit respecter (...) le principe de neutralité et (...) ne saurait dissimuler une véritable opération commerciale."

Le manuel de l’OM contrevient-il à ces règles ? Pas du tout, affirme le club de foot marseillais. Car il a été édité par la fondation (à but non lucratif) et non par le club lui-même. "Nous n'avons pas une démarche commerciale ou intéressée. On est sur un engagement en faveur de la communauté, et là, des enfants", assure Lucie Venet, directrice exécutive de la Fondation OM. Contacté, le rectorat d'Aix-Marseille assure respecter le principe de neutralité, en étant partenaire de la fondation et non de l’entreprise OM.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article