Barbie chauve, avec une prothèse, Ken roux… quand les poupées Mattel se diversifient


03 février 2020 - 1529 vues

En 2016, Mattel, fabricant historique de la Barbie avait fortement communiqué sur ses Barbie curvy, aux hanches plus larges. Parallèlement étaient lancées des Barbie petite ou tall. Après avoir finalement vaincu ses concurrentes qui lui avaient un temps fait de l’ombre (vous vous rappelez des Bratz ?), il fallait répondre aux critiques récurrentes faisant de la poupée mannequin une cible facile.

L’extrême diversification des modèles avait commencé bien avant mais c’était la première fois que la poupée abandonnait sa silhouette trop parfaite. Pour attaquer sa septième décennie (Barbie est née en mars 1959), Mattel agrandit sa gamme fashionista (170 modèles lancés depuis 2016) avec une dizaine de modèles.

Déjà en rupture de stock

Parmi eux, une Barbie blonde en chaise roulante. Politique commerciale ou succès mal anticipé, tout juste sortie, elle est déjà en rupture de stock. En 2019, une poupée portant une prothèse de jambe avait été éditée, réalisée en collaboration avec Jordan Reeves, une préado de 12 ans portant elle-même une prothèse (au bras). Une deuxième, portant cette fois une prothèse dorée, mais toujours à la jambe, rejoint la collection. Tout comme une Barbie sans cheveux (qui ne sortira qu’en septembre) et une autre atteinte de vitiligo, cette dépigmentation de la peau qui s’affiche sr les podiums grâce au mannequin Winnie Harlow.

Si un Ken affligé d’un ventre à bière (mais il affiche lui aussi quatre morphologies possibles) ne semble pas être au programme, un modèle à cheveux roux va sortir ainsi que le premier garçon de la collection portant des cheveux longs. Depuis 1961, date de la naissance du beau gosse, faire valoir de Barbie, bien des mâles ont arboré une tignasse surabondante. Il était temps que les personnages masculins affichent eux aussi toutes leurs différences.

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article