Une jauge de 5000 personnes assises pour les concerts des festivals en plein air

19 février 2021 à 08h23 - 413 vues

Face aux incertitudes de l'épidémie de Covid-19, l'avenir des festivals de musique en plein air s'obscurcit. Le ministère de la Culture a fixé, jeudi, une jauge de 5000 personnes assises pour les concerts. Et ce, avant même le retour des "expérimentations" pour des concerts "debout", prévues en mars et en avril, à Marseille et Paris. Le ministère de la Culture souhaite ainsi "donner de la visibilité aux festivals qui doivent, en ce début d'année, décider de la tenue et du format de leur édition 2021", assure-t-il dans un communiqué. 

Le coup est toutefois rude pour ces évènements estivaux qui rassemblent parfois plusieurs centaines de milliers de personnes debout, pendant plusieurs jours. "Ce cadre pourra bouger si les conditions s'améliorent", a tenté de rassurer la ministre de la Culture, ce vendredi matin au micro d'Europe 1. Le Hellfest et Solidays ont, eux, déjà fait savoir qu'ils jetaient l'éponge. 

Festivaliers et artistes pourraient bouder les concerts

"On est sous le choc, dos au mur", lance Jean-Paul Roland, directeur du festival des Eurockéennes et représentant du Prodiss (Syndicat national des producteurs, diffuseurs, festivals et salles de spectacle dans le privé). "Le festival We Love Green (en région parisienne en juin) a sondé ses festivaliers : les réponses sont claires, 85% des sondés ont dit qu'ils ne viendraient pas si c'était un festival assis", poursuit Jean-Paul Roland.

Les Eurockéennes, rendez-vous prévu début juillet, avaient rassemblé 128 000 personnes en 2019 (il ne s'était pas tenu en 2020 comme la quasi-totalité des festivals de musiques actuelles). "C'est 5000 personnes, assises, et avec distanciation, sans distinction entre plein air et intérieur ! Ça veut dire qu'il faut des gradins de 10 000 places...", déplore encore le patron des "Eurocks". "Aux Eurockéennes, nous ne prenons pas de décision précipitée, à chaud, nous allons nous revoir avec d'autres festivals", ajoute Jean-Paul Roland. 

Son festival a déjà annoncé sa programmation, qui comporte des têtes d'affiches internationales comme Muse, DJ Snake ou Massive Attack. "Avec 5000 personnes, c'est impossible, quel artiste accepterait ? Et puis aux Eurocks, le spectateur n'est pas là pour être assis et voir un concert. Il est là pour un moment de vie. C'est ça qui est exclu avec la décision du ministère", regrette encore Jean-Paul Roland. Et de citer "l'Espagne et les Pays-Bas" où les évènements culturels reprennent, alors que "le message en France c'est 'espoir bouché"", estime le boss des Eurockéennes. 

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article