Un maire prend un arrêté pour interdire aux chiens d’aboyer trop fort


13 février 2019 - 644 vues

A Feuquières, petite commune de l'Oise, dans les Hauts de France, les propriétaires de chiens s'exposent désormais à une amende de 68 euros si leur animal est trop bruyant. Comme le rapporte Le Monde, les dix-neufs élus du conseil municipal ont voté, mardi 5 février, un arrêté pour mettre un terme aux aboiements dans ce village de 1 500 habitants. Un arrêté qui est entré en vigueur ce lundi.

Une pétition à l'origine de la décision

Fatigués d'entendre les aboiements répétés des chiens de leur voisin, plusieurs riverains ont présenté une pétition au maire de la commune, Jean-Pierre Estienne, pour l'interpeller sur la situation. Face à ce qu'il qualifie de "calvaire", l'élu a alors décidé de prendre une décision administrative.

"Dans une commune rurale, il n’y a pas de police municipale pour intervenir et les gendarmes ont autre chose à faire. Donc comme ça fait des mois que ça dure et que les conciliations ont échoué, l’arrêté prendra effet dès ce lundi 11 février" a-t-il confié au Monde.

Ce que contient l'arrêté

L'arrêté voté interdit ainsi à un propriétaire de chien de laisser son animal de compagnie dans son enclos sans qu'il ne puisse à tout moment mettre un terme aux aboiements intempestifs, prolongés ou répétés. Jour et nuit, le maître doit également tenir enfermé son chien si son comportement trouble le repos du voisinage.

En cas de non respect, le contrevenant s'expose alors à une amende de troisième catégorie en cas de plainte, soit 68 euros.

"Cet arrêté n’interdit pas aux chiens d’aboyer"

Interrogé par l'hebdomadaire local Oise Hebdo, Jean-Pierre Estienne assume sa décision et se défend : "Cet arrêté n'interdit n’interdit pas aux chiens d’aboyer, mais il demande aux propriétaires de chiens de faire en sorte que lorsqu’ils aboient, ils ne perturbent pas l’environnement (...) les chiens pourront continuer d'aboyer à la campagne."

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article