Les canadairs déménagent à Nîmes


01 février 2016 - 4412 vues

Installée depuis 1963 sur l'aéroport de Marseille-Provence à Marignane, la base doit être relocalisée en 2017 sur le site de l'aéroport Nîmes-Alès-Cévennes-Camargue (Gard), géré par un syndicat mixte. A Nîmes, se trouvait déjà le groupement d'hélicoptères de la Sécurité civile.

"Un grand projet pour la France"

Le ministre de l'Intérieur s'est rendu vendredi sur les lieux de la future base de la Sécurité civile à Nîmes-Garons, saluant "un grand projet pour la France et un grand projet pour l'Europe", à l'occasion de la pose de la première pierre.

"C'est un grand projet pour la France et un grand projet pour l'Europe", a déclaré M. Cazeneuve, soulignant que la base de Marignane était caractérisée par "des locaux qui n'étaient pas à la hauteur de l'ambition que nous avions". Le prédécesseur de M. Cazeneuve, "Manuel Valls, a eu raison de choisir Nîmes, c'était le bon positionnement", a assuré le ministre.

A terme, 84 pilotes à Nîmes

"La plateforme Nîmes-Garons est un pôle de développement important pour notre territoire. Nous sommes devenus incontournables sur les risques inondations et incendies et je souhaite que cette base devienne un pôle de référence et d'excellence à dimension européenne", a déclaré le sénateur-maire de Nîmes Jean-Paul Fournier.

"La France a démontré depuis des années son excellence en matière de gestion des catastrophes", a rappelé le commissaire européen à l'aide humanitaire Christos Stylianides.

La base d'avions de la Sécurité civile (BASC) comprend 26 avions -23 bombardiers d'eau et trois avions de reconnaissance- placés sous l'autorité du ministre de l'Intérieur. A terme, 112 personnels, dont 84 pilotes, évolueront sur la base de Nîmes. Les avions sont à disposition des préfets pour la lutte contre les feux de forêt. L'été, ils sont détachés en Corse, dans le sud et le sud-ouest de la France, en fonction des risques météorologiques.

Une construction en 12 mois

Les appareils de la Sécurité civile interviennent également en Europe, au titre de la solidarité, dans le cadre du mécanisme européen de Protection civile et de l'assistance mutuelle entre Etats voisins. La France a déclaré auprès de la Commission européenne un module aérien de lutte contre les feux de forêts composé d'un avion de coordination Beechcraft 200 et de deux Canadair CL415. La future base doit être construite en 12 mois pour un coût de 16,8 millions d'euros.

(Sources : Maritima)

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article