Avec la douceur, les chenilles processionnaires sont en avance

30 janvier 2018 - 2843 vues

Avec les températures plus douces que d'habitude, elles sont en avance : les chenilles processionnaires du pin commencent à descendre de leurs cocons douillets. En file indienne, elles vont chercher un lieu pour s'enfouir sous terre. Elles ont déjà été aperçus dans les parcs marseillais et collines environnantes.

Danger mortel pour les chiens et chats

Gare à celui qui se trouve sur leur chemin : ces insectes urticants peuvent entraîner de très vives démangeaisons. Ces irritations peuvent même être accompagnées d'atteintes oculaires ou pulmonaires, voire de chocs allergiques plus graves. Surtout chez les animaux. Si un chien ou un chat lèche une chenille, sa langue gonfle, devient tuméfiée et dure. Sans soins, elle peut se nécroser. L'animal risque même de mourir.

La bonne idée naturelle aixoise

Voici un an, la Ville d’Aix a trouvé un moyen parfaitement naturel de lutter contre ces insectes : plutôt que d’asperger leurs gîtes de pesticides, la Ville a installé... des nichoirs pour des mésanges, qui sont l’un des prédateurs naturels de la chenille processionnaire du pin . En effet, une famille de mésanges peut manger une centaine de chenilles par jour. Des nichoirs ont été installés dans le parc du Pavillon Vendôme, mais aussi dans toutes les cours d’écoles où l’on trouve des pins.

Que faire si vous trouvez une procession ?

Pour se débarasser des chenilles, il n'y a pas 36 solutions. Couper les branches porteuses de cocons blancs avant que les chenilles ne commencent à descendre ou mettre des pièges aux pieds des arbres pendant l'hiver. Mais pour cette année, il est trop tard. Si vous trouvez donc des chenilles au sol, surtout ne pas les toucher ! Ne vous approchez pas trop près non plus. Essayez de brûler les chenilles en les aspergeant au préalable d'une substance inflammable. Veillez cependant à avoir de l'eau à côté. S'il y a du vent ou si la végétation autour est trop dense, le mieux est de laisser tomber, d'éviter que les animaux viennent sur la zone et d'attendre qu'elles soient entrées sous terre.

Emilie Fargier

Commentaires(0)

Connectez-vous pour commenter cet article